Le pays où les enfants rigolent 

Chère amie, cher ami, 

La période n’est évidente pour personne. 

Les grands-parents sont inquiets pour leur santé, leurs enfants pour leur emploi et les petits enfants ne comprennent pas grand-chose à ce qui se passe. 

En 2020, l’État français nous a gratifiés d’une position inédite dans l’histoire de France. Il a adopté une position très contradictoire. 

D’un côté, l’État a décidé de s’occuper des petites choses du quotidien des Français. Ainsi ces derniers ont dû faire valider leurs sorties par un papier administratif. On leur a dit quels biens de consommation courante ils devaient choisir. La notion de biens essentiels et non essentiels a rythmé l’hiver 2020. 

Mais d’un autre côté, pour tout ce qui était très important, l’Etat s’est déclaré absent. 

L’école et la santé (hors covid) devaient être gérées par les Français eux-mêmes. 

L’Etat a estimé que les Français étaient capables d’apprendre à lire et à écrire à leurs enfants et de se débrouiller avec leur santé.

Mais l’État n’a pas estimé ces mêmes Français aptes à décider s’ils devaient aller ou non au restaurant ou au théâtre. 

Cette volonté régalienne de tout gérer a conduit à de très nombreuses incohérences. 

La pression permanente exercée sur les populations a augmenté l’agressivité entre les individus. 

Pire, désormais, la santé est devenue un sujet récurrent de reproche et de morale. 

Avant le covid 19, la santé était, avec la météo, le seul sujet de discussion apaisée. 

Aujourd’hui, il est presque plus facile de parler de religion que de vaccination. Les mauvaises langues diront que c’est la même chose. 

Le monde des adultes est devenu fou. 

Et les enfants en payent le prix fort. 

+300% de tentatives de suicides chez les enfants 

En octobre 2021, une étude sur des données de l’hôpital Robert Debré à Paris a souligné la dégradation de la santé mentale des enfants. 

Les chercheurs ont compilé des données portant sur 830 enfants de 15 ans et moins. La moyenne d’âge était de 13 ans et demi. 

D’après eux, le nombre de suicides, de tentatives de suicide et de pensées suicidaires chez les enfants a augmenté considérablement depuis le début de l’épidémie de covid 19. 

À la fin de l’année 2020, l’augmentation par rapport à 2019 était même de 299% ![1]

L’étude n’est pas sans limites. 

D’abord les chercheurs ont un certain nombre de conflits d’intérêt avec les grands laboratoires pharmaceutiques. C’est toujours un peu gênant. 

Ensuite elle ne porte que sur un hôpital à Paris. Cela n’est pas forcément représentatif de ce qu’a vécu toute la population.  

Néanmoins, les chiffres sont tout de même inquiétants. 

Ils s’inscrivent dans une tendance qui existe depuis 2010 où le taux de suicide de la jeunesse a tendance à augmenter.[1]

Mais depuis 2020, on assiste à une augmentation exponentielle. 

Du reste, les courbes parlent d’elles-mêmes[1] :

Les autorités sont parfaitement au courant du problème

Le ministère de la Santé et même à peu près tout le monde au gouvernement est conscient de cette situation. 

En effet, plusieurs institutions ont dressé des constats semblables à celui de l’étude précitée. 

Ainsi, le Défenseur des Droits, une institution créée en 2008 pour lutter contre les discriminations, a signé un rapport paru le 20 novembre dernier.[2]

Dans ce document, Claire Hédon, l’actuelle titulaire du poste, liste les raisons du mal-être des jeunes : le harcèlement à l’école, les confinements, les restrictions d’accès aux centres culturels, sportifs et de loisirs, le port du masque et l’atmosphère globale d’incertitude.  

Tout cela a produit, chez les enfants, de l’angoisse, du stress, des dépressions, des troubles alimentaires, des pensées suicidaires et des tentatives de suicide. 

29 recommandations pour le bien-être des enfants 

La plupart des préconisations sont centrées sur une meilleure coordination entre les services de l’enfance, ou la réalisation d’études sur la santé mentale des enfants notamment sur leur relation aux écrans. 

Personne ne peut être contre cela. 

Le document insiste par ailleurs sur le fait qu’il faille être à l’écoute des enfants et prendre en considération leurs attentes. 

Ok. 

Avait-on besoin d’un rapport de 80 pages denses et techniques pour le rappeler ? 

Je ne sais pas. 

Parole d’un enfant en exil 

Néanmoins, ce document a le mérite d’exister, d’autant qu’il recueille de nombreuses paroles d’enfants qui sont souvent touchantes et rappellent la fragilité de l’enfance. 

L’une d’elle m’a marqué. Je la partage avec vous :

“Je veux pouvoir me sentir comme un enfant de ce pays, pouvoir aller à l’école à l’aise, sans tous ces soucis dans ma tête. Les enfants de ce pays, ils rigolent, ils ont une maison, ils chantent, ils racontent leur vie dans leur maison. Je veux me sentir comme ça. »

Cet enfant a une vision précise de ce qui lui manque. 

Et il a raison. 

Pouvoir raconter sa vie à la maison en se sentant en sécurité, n’est-ce pas un critère sain de bonheur ? 

La DREES confirme le constat 

La Direction de la Recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) a également produit une note sur le sujet, publiée en octobre 2021.

Ce document confirme le constat général : les jeunes vont mal. 

Les 15-24 ans ont plus envie de se suicider que les 25-34 ans. Les jeunes femmes en particulier seraient déprimées : une jeune femme sur quatre aurait été dans un état dépressif en 2020.[3]

Leur consommation d’alcool et de cannabis a cependant diminué. 

C’est la consommation de médicaments psychotropes qui a augmenté : +20% en un an !

La DREES, en revanche, ne fait pas de préconisations. 

Et maintenant ? Que faut-il faire pour que les enfants et les jeunes retrouvent le sourire ?

Voici mes trois propositions pour commencer  :

1/ Retirer l’obligation de porter le masque à tous ces élèves !

Peut-être pouvait-on penser, au début de l’épidémie, que le masque était utile. J’y ai cru en mars 2020. 

On sait aujourd’hui que cela ne sert pas à grand chose ni pour protéger du virus, ni pour empêcher la transmission. 

Tous ces enfants, tous ces ados ont besoin de RESPIRER. 

Leur sang circulera mieux, ils seront moins inhibés, ils seront moins déprimés. 

2/ Sortir de la peur 

Le covid 19 existe, c’est vrai. C’est un problème, c’est vrai. 

Cela fait bientôt deux ans qu’il est là. Nous avons appris à le connaître, nous pouvons vivre avec lui. 

Nous savons désormais que toute la population ne va pas en mourir dans les trois semaines qui viennent. 

L’humanité survivra à ce virus. Ce sont les conséquences des mesures drastiques que l’on nous impose qui m’inquiètent. 

Que les jeunes soufflent ! 

Ils n’ont pas grand chose à craindre de ce virus. 

Et tous les adultes ou presque sont vaccinés. Normalement, ils devraient être rassurés. 

3/ Sortir de la culpabilisation 

Les jeunes ne sont pas responsables de la situation actuelle. 

Ils ne remplissent pas les salles de réanimation à cause du covid 19.

Pourtant, ils ont été obligés – pour les plus de douze ans – à se faire vacciner. 

Ils sont masqués toute la journée. 

Quand ils font la fête, on les montre du doigt, on les traite d’irresponsables. 

Pourtant, ce ne sont pas eux qui ont mis leurs grands-parents en Ehpad. 

Ce ne sont pas eux qui ont interdit aux médecins d’administrer des traitements aux covidés. 

Ce ne sont pas eux qui, par leurs voyages, ont répandu le covid 19. 

Eux ne voyagent plus, ne sortent plus, n’ont plus cours, n’embrassent plus, ne vivent plus à l’âge où la vie mérite le plus d’être vécue. 

La jeunesse n’a jamais été une période facile. 

Paul Nizan l’a rappelé dans son récit Aden Arabie dont je vous remets le début :

« J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie.

Tout menace de ruine un jeune homme : l’amour, les idées, la perte de sa famille, l’entrée parmi les grandes personnes.”

Mais, les jeunes d’aujourd’hui n’ont plus d’amour, plus d’idées, sont coincés dans leur famille et n’ont plus de rites de passage pour devenir des grandes personnes.  

Connaissez vous l’histoire de Boyan Slat ?

Il avait 19 ans quand il a lancé son projet. 

C’était il y a 10 ans : The Ocean cleanup.[4]

Il s’est donné pour ambition de nettoyer les océans du plastique. 

Et le monde l’a suivi. Son projet fonctionne. Ses équipes travaillent jour et nuit pour vider l’Océan Pacifique de ses continents de plastique.[4]

Ils ont construit une vaste digue souple en forme de U que tirent deux bateaux. 

Cette digue réceptionne le plastique qui est ensuite trié et recyclé. On en fait des lunettes à la mode.

Quel beau projet !

Evidemment, c’est un garçon très talentueux. 

Mais avant cela, il est surtout enthousiaste. 

C’est cela la jeunesse. 

Chers enfants, chers ados, chers jeunes adultes, 

Vivez. 

Nous avons besoin de vous. C’est tout ce que nous sommes en droit de vous demander. 

C’est votre génération – la génération de Greta Thunberg – qui est appelée à renouer le lien entre l’être humain et la nature. 

C’est vous qui aiderez à réparer les erreurs des générations consuméristes avant vous. 

C’est vous qui résoudrez le problème du réchauffement climatique. 

Nous comptons sur votre envie, vos sourires, votre énergie, vos rêves, vos ambitions, vos idéaux. 

Les défis qui se présentent à l’humanité sont magnifiques. 

Nous avons la terre à nettoyer, l’espace à conquérir et un sens à donner à nos existences si fragiles. 

Tout cela se fera dehors, au grand jour, loin de Netflix, des masques et des reproches. 

En 2100, il  pourrait y avoir 9 milliards d’humains sur Terre. 

Ces derniers pourraient se nourrir avec des aliments bio et pourraient vivre à l’équilibre en matière d’émission et de captation de carbone. 

Nous avons toutes les connaissances techniques pour y parvenir. 

Reste à convaincre les ouvriers, les paysans, les jardiniers, les architectes, les ingénieurs de demain. C’est vous !

Nous croyons en vous !

Naturellement vôtre, 

Augustin de Livois

 


16 réponses à “Le pays où les enfants rigolent ”

  1. vignoles dit :

    Merci pour ce beau texte, maman de 4 enfants et jeunes adultes, je souffre de les voir passer une jeunesse parteille!

  2. GUILLOCHET dit :

    …Non ! Tout cela n’existe pas c’est créé de toute pièce il n’y a pas de pandémie c’est un criminel mensonge d’état totalitaire eugéniste mondialiste milliardaire maffieux génocidaire parasite pervers psychopathe pollueur de planète pilleur de pognon pourrisseur de peuple proxénète pédocriminel : 0,001% d’ inhumains…

  3. PATRICIA VANDEL dit :

    Juste magnifique ce plaidoyer pour notre jeunesse! Et tellement juste! Merci, c’est vraiment bien dit! J’aimerais pouvoir le partager… c’est possible?

  4. Isabelle Roche dit :

    9 milliards d’êtres humains en 2100??? ca m’a l’air très mal barré! je crois que bientôt il n’y aura plus lieu de se poser le problème de la surpopulation planétaire… Entre ceux que tuent directement ou indirectement les restrictions dictatoriales – aussi sûrement que les « formes graves » de covid -, les populations des pays pauvres que par divers moyens plus ou moins francs du collier (étouffement économique, exploitations éhontés de tous ordres) les pays « riches » exterminent à feu pas toujours petit et la planète entière en voie de destruction massive, je doute vraiment qu’il y ait 9 milliards d’êtres humains sur Terre. Et sans doute ceux qui seront là à l’aube du 22e siècle seront-il réduits à un troupeau mondial d’esclaves, très probablement pucés-pistés-traqués numériquement et donc menés à la baguette par une élite qui les « gérera » en fonction de ses seuls intérêts. Ayant presque 60 ans j’ai bon espoir de mourir avant que le cauchemar s’installe. Il a déjà commencé, se nomme « masques+passes sanitaires+ traçages divers+interdictions qui se multiplien+impossibilité de faire des projets+sociabilité interdite, etc. » Je peux encore y échapper mentalement, tout en étant « physiquement dans les clous. Mais jusqu’à quand… Heureusement, en définitive, que la vie devient invivable même avec tout le confort imaginable: cela rend moins douloureux l’obligation de la quitter nolens volens. La « condition mortelle » cesse d’être terrifiante quand on n’est pas croyant – et la mort de devenir souhaitable au vu des conditions que les États nous infligent…

  5. Isabelle Galloo dit :

    Juste un commentaire : Merci à vous !!

  6. catherine roblot leguevaques dit :

    Très beau message d’optimisme; que de belles paroles à transmettre quand on a plus d’idées et que l’on est envahi par la tristesse. PETIT message à lire et à relire

  7. Michel dit :

    Les soixante-huitards criaient « Il est interdit d’interdire ». Ce sont les premiers à se faire piquouzer, par trouille ou pour aller au ciné. Ils interdisent à ceux qui ont 18 ans maintenant de vivre dans le but égoïste d’être protégés. J’ai honte de ma génération.

  8. Rocchetti Florence dit :

    Merci pour ce beau message réaliste, mais aussi plein d’espérance ! Nous en avons besoin, merci !

  9. Michel dit :

    Vos commentaires sont contrôlés par YT, revérifiés par FB et validés par twitter : autant dire que vous avez intérêt à être bisounours.

  10. Anne-Catherine SCHMID dit :

    Quel coût pour un abonnement de 1 an « Révélations Santé & Bien-Être » version PAPIER pour la SUISSE ?
    Le livre « Corona-Virus – guide de survie face aux vaccins ; réponses urgentes à 3 questions essentielles », est-ce seulement une version électronique ? Peut-elle être imprimée sans problèmes ?
    D’autre part, quel coût pour un abonnement de 1 an « Rév.Santé & Bien-Être » ET le guide « Corona-Virus/Vaccins », les deux en version PAPIER pour la SUISSE ?

    GRAND MERCI

  11. armin dit :

    bonjour
    incroyable le monde en envers les Adultes comptes sur les enfants de les dés-patoger de leurs erreurs
    et si enpremire nous occupions de se défaire de la hysterie du Covid19 qui est de toute manière un Crime
    contre l’humanité, orchestrée par des ancien Nazi

  12. Moreau dit :

    Merci beaucoup .mais personne ne bouge…j’ai honte de mon pays …

  13. Eva dit :

    Arrêtez de nous gonfler avec le pseudo réchauffement climatique et Greta Thunfisch ! Reprenez vos bouquins de physique élementaire et vous y lirez que le soleil régit la terre que sans CO2 la végétation et nous avec sommes condammés. La pollution, oui, c´est un problème et c´est la priorité urgente, mais certainement pas une invention de plus pour nous culpabiliser et nous empêcher de vivre, le Covid ne vous suffit pas ?
    Bien á vous

  14. WOGENSTAHL dit :

    Juste un grand merci pour nos jeunes, il faut les préserver et les soutenir….

  15. Pierre-henri dit :

    Vous croyez encore au réchauffement d’origine populaire?
    En fait des installations réchauffent l’ionosphère depuis 40 ans (Sura en Russie, Haarp aux US pour les 2 premières) pour faire fondre l’arctique aux micro-ondes afin d’en faire un raccourci maritime et de pomper le pétrole sous la banquise.

    Comme ça détraque le climat, il faut trouver un coupable!
    Le coupable, c’est nous avec nos pets et nos petites voitures!
    Attention à ne pas faire le jeu des khmers verts dans vos articles.
    C’est facile puisque votre sujet de prédilection est quand même la santé!

  16. steven onghena dit :

    Merci Augustin, pour l’essai (le pays ou les enfants rigollent)
    je suis artististe qui utilise l’art et la créativité pour travailler sur le collectif, surtout des enfants.
    je sensibilise sur le « monde invisible », l’intuition et le  » libre arbitre « .
    on (réseau EEDD) travaille toujours dans la Nature, en zone rurale.
    je ressent très fort le besoin de spiritualité (a ne surtout pas confondre avec réligion!)
    je ressent aussi l’urgence.
    est ce que vous avez encore des autres textes, essais dossiers (libres a la diffusion dans des cercles restraint) sur ce sujet (spiritualité, libre arbitre, santé nature, univers ethérique,…) , j’ai besoin de convaincre plus d’éducateurs a prendre cette piste (aider a former des citoyens libres, court cirquiter des gourous et chamans bisounours, compltisme, gouvernements malsaines, extremisme de toute sorte…).
    il y tout un circuit a créer au sein de EEDD. et ils sont assez septique a ce sujet.
    je chercha a covaincre d’une façon juste, comme toi tu peux le faire 😉

    en effet j’ai juste voulu te dire que j’ai voulu diffusé ton message mail (le pays ou les enfants rigollent) mais il y a cette ptn de pub anti-vacs au plein milieu qui risque de discréditer ce magnifique propos, je fais donc copie coller (ne m’en veu pas je ne suis pas vacciné non plus mais malheureusement on se « catégorise » très vite actuellement. c’est délicat 🙂

    Danx!
    Steven
    o.artisanature @ gmail.com
    ArtisaNature.wordpress.com

Répondre à Michel Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

* Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Pour consulter notre politique de confidentialité, cliquez ici.