Pourquoi l’Afrique sub-saharienne est-elle épargnée par le Covid-19 ? 

Chère amie, cher ami, 

L’information m’est parvenue par l’infolettre d’Yves Razir, journaliste scientifique et éditeur de la revue Néosanté [1] : il n’y aurait eu depuis le début de l’épidémie que 1053 décès liés au Covid-19 en RDC (République du Congo démocratique), l’ex-Zaïre. [2]

Sur une population de 90 millions d’habitants, cela représente 0,001% de la population. 

Le pays a par ailleurs connu 54 009 cas, ce qui est infime. 

La France, par exemple, en a connu 7 millions, la Belgique 1,4 million et l’Allemagne 4,6 millions.[3]

Bref, le Covid-19 n’a quasiment pas touché le Congo Kinshasa. 

Le virologue de référence du pays, le Dr Jean-Jacques Muyumbe-Tanfum [4], connu pour avoir découvert le virus Ebola, estime que dans son pays, il s’agit d’une “pandémie douce”. 

C’est l’autre mot pour évoquer un “non sujet”. 

L’Afrique sub-saharienne épargnée par le Covid-19 

La situation du Congo ressemble à celle des autres pays d’Afrique sub-saharienne. 

Par exemple, la Tanzanie a connu 1367 cas pour 50 décès et l’Angola, 64 533 cas pour 1716 décès. [3]

Le Nigeria, avec ses 213 millions d’habitants [5], dont la capitale Lagos est une mégalopole surpeuplée de près de 15 millions d’habitants [6], n’a enregistré que 212 000 cas pour 2900 décès. [3]

Ce chiffre minuscule n’a donc rien à voir avec la densité du pays.

Certains épidémiologistes avaient émis l’idée que l’Afrique était épargnée en raison de la discipline de sa population et de la mise en place de politiques sanitaires très strictes avec une distanciation sociale parfaitement respectée. 

Yves Razir réfute cette théorie qui paraît un peu optimiste compte tenu de la promiscuité qui existe dans certains quartiers des grandes villes africaines.[7]

En tout cas, vu la situation sanitaire en Afrique sub-saharienne, l’utilisation du mot “pandémie” pour le Covid-19, c’est-à-dire d’une épidémie qui toucherait l’ensemble de la planète, paraît totalement erronée ! 

L’exception de l’Afrique du sud 

Seule l’Afrique du Sud a des chiffres totalement différents. 

Dans ce pays, il y a eu près de 3 millions de cas positifs pour 90 000 décès environ. 

Le pays a réalisé 18 millions de tests et 22 millions de doses vaccinales ont été administrées. 

En Afrique du Sud s’est même développé un variant spécifique du SARS-Cov-2 : le B.1.351. [8]

Bref, l’Afrique du sud semble avoir des chiffres proches de ceux des pays occidentaux alors que les autres pays d’Afrique sub-saharienne n’ont presque pas connu d’épidémie.

Comment expliquer ce phénomène ? 

La première idée qui vient à l’esprit est la jeunesse de la population, s’agissant d’un virus qui tue majoritairement des personnes âgées de plus de 70 ans. [9]

En effet, la moyenne d’âge de la population sur l’ensemble du continent est de 18 ans ![10]

Elle est de 42 ans en France… [11]

Par ailleurs, l’espérance de vie en Afrique, qui s’est bien améliorée ces dernières décennies, tourne autour de 60 à 70 ans selon les pays.[12]

Encore aujourd’hui, de nombreuses personnes ne vivent pas assez longtemps pour risquer de mourir du coronavirus…

Néanmoins, est-ce suffisant pour expliquer une telle différence entre l’Occident et l’Afrique sub-saharienne ?

En effet, la différence entre les pays d’Afrique sub-saharienne et le reste du monde se situe aussi au niveau du nombre de cas qui reste très faible dans ces pays. 

Yves Razir avance trois explications possibles [13] :

  • une immunité naturelle : la présence de coronavirus depuis longtemps en Afrique aurait permis à la population de développer une immunité contre de nombreux virus de ce type. Cette hypothèse a été émise par des chercheurs qui ont étudié des prélèvements de personnes vivant en Tanzanie, en Zambie et aux Etats-Unis. Chez les Africains de l’étude, ils ont trouvé 2 à 4 fois plus d’anticorps capables de lutter contre la fameuse protéine spike que chez les Américains. Il pourrait également y avoir un lien entre la présence de parasites contre lesquelles les populations africaines sont capables de lutter et le coronavirus.
  • l’utilisation répandue de l’ivermectine : cet antiparasitaire est couramment utilisé en Afrique en raison des infections parasitaires locales. Ce médicament serait par ailleurs également efficace pour traiter le SARS-Cov-2. 
  • l’absence de campagne de vaccination contre la grippe. Selon Yves Razir, le vaccin contre la grippe n’est pas utilisé en Afrique parce qu’elle sévit toute l’année en raison du climat. Les Africains sont donc assez bien immunisés et n’ont pas besoin de vaccin. À l’inverse, les Européens vaccinés contre la grippe pourraient être plus fragiles face au coronavirus. Il ne s’agit bien sûr que d’une hypothèse.

La situation africaine présentée comme inquiétante 

Malgré cette situation très rassurante en Afrique sub-saharienne, les médias occidentaux, lorsqu’ils parlent de ces pays, se montrent souvent catastrophistes. 

Ainsi, France info, évoquant le Dr Muyembe au Congo, affirme :  

“En 2020, en plus d’Ebola, le Dr Muyembe est appelé à mener la riposte contre le Covid-19 qui frappe son pays comme le reste du monde.” [13]

En septembre 2021, le journal Le Monde indiquait que le bilan du nombre de morts en Afrique dépassait les 200 000 morts. [14]

Mais la plupart de ces décès ont eu lieu en Afrique du Sud et au Maghreb. Le bilan en Afrique sub-saharienne demeure très faible. 

D’autres médias mécontents des bons chiffres africains pour le Covid-19 affirment qu’ils sont largement sous-estimés. [15]

L’OMS n’est pas en reste, en août 2021, l’institution évoquait le “niveau record” atteint par le Covid-19 en Afrique. [16]

En réalité, ces messages catastrophistes n’ont qu’un seul but : inciter les pays africains à utiliser des vaccins dont ils n’ont absolument pas besoin. 

Faut-il que les Africains soient tous vaccinés ? 

Différents pays dont la France, la Belgique, la Russie et la Chine ont décidé de faire “don” de vaccins aux Africains. 

Pour la France et la Belgique cela veut dire utiliser l’argent du contribuable pour acheter des vaccins aux firmes pharmaceutiques et les donner à des pays africains.

Ces actions sont présentées comme étant “humanitaires”. 

Mais c’est absurde car les populations de ces pays comme les enfants partout dans le monde ne risquent pas grand-chose du SARS-Cov-2. 

À l’inverse, en vaccinant massivement leurs populations, ils risquent de multiplier des effets secondaires chez une population jeune qui n’a rien demandé à personne et qui se méfie à juste titre de la “générosité” des pays étrangers. 

Pour l’instant, les taux de vaccination restent faibles en Afrique, quoique plus élevés que les taux de contamination au Covid-19. 

Peut-être que les Africains sauront résister aux pressions extérieures, d’autant plus qu’ils ont à portée de main un remède extraordinaire qui est déjà distribué dans toutes les zones où sévit la malaria. Il s’agit de l’artemisia annua, armoise annuelle qui a fait des merveilles à Madagascar. 

Naturellement vôtre, 

Augustin de Livois

 


[1] https://www.neosante.eu/accueil/
[2] https://www.neosante.eu/allez-les-congolais/
[3] https://github.com/CSSEGISandData/COVID-19
[4] https://www.opinion-internationale.com/2021/09/27/muyembe-ou-mupapa-qui-donc-est-le-vrai-docteur-ebola_95234.html
[5] https://countrymeters.info/fr/Nigeria
[6] https://www.macrotrends.net/cities/22007/lagos/population
[7] https://www.neosante.eu/allez-les-congolais/
[8] https://www.acrobiosystems.com/A1226-SARS-CoV-2_spike_mutants.html?gclid=CjwKCAjwiY6MBhBqEiwARFSCPpMIO92-II_B_q7lL-b8S6i-Nc6fH4n58JRUk-xFNLTadxKnvFMq4BoC-PwQAvD_BwE
[9] https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-maladies/2622115-victimes-covid-19-france-nombre-age-profil-homme-femme-personnalite-reanimation-deces-jeunes/
[10] https://www.dw.com/fr/lafrique-un-continent-jeune-dirig%C3%A9-par-des-vieillards/a-42835790
[11] https://www.insee.fr/fr/statistiques/2381476
[12] https://www.afd.fr/fr/actualites/atlas-de-lafrique-afd-le-boom-de-lesperance-de-vie
[13] https://www.neosante.eu/pourquoi-lafrique-est-elle-epargnee/
[14] https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/republique-democratique-du-congo/ebola-covid-19-jean-jacques-muyembe-tamfum-le-chasseur-de-virus-en-rdc_4118385.html
[15] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/09/08/covid-19-l-afrique-enregistre-plus-de-200-000-morts_6093849_3212.html
[16] https://www.capital.fr/economie-politique/covid-19-les-infections-largement-sous-estimees-en-afrique-la-russie-face-a-des-deces-records-1417274
[17] https://news.un.org/fr/story/2021/08/1101302

6 réponses à “Pourquoi l’Afrique sub-saharienne est-elle épargnée par le Covid-19 ? ”

  1. Gouigoux dit :

    J’ajoute que les petits africains jouent sur la terre battue et non sur des carrelages « désinfectés », qu’ils mangent « local » et non « industriel » et qu’ils ne sont pas infectés dès leur plus jeune âge avec des produits chimiques appelés « vaccins » !

  2. Hubert Gallée dit :

    S’il vous plait mettez les justifications de vos affirmations (références) dans vos e-mails et seulement les articles relus par les pairs. Ne pas le faire vous déforce dans notre société où la règle est de mentir pour arriver à ses fins.
    Je suis climatologue et épidémiologiste. Ce sont 2 disciplines scientifiques qui utilisent les mathématiques comme outil et toutes les 2 ont un impact direct sur la société civile. Les climatologues a du faire face aux climato-sceptiques, financés par les multi-nationales du pétrole mais ont su faire face grâce au GIEC qui a imposé le débat contradictoire (tout doit être remis en question) et c’est ainsi qu’on avance, en complétant les connaissances les uns des autres. Ce n’est pas le cas dans le domaine de la santé et la conséquence est que plus personne ne fait confiance à personne: toute personne est potentiellement un menteur.

  3. Annie Etienne dit :

    Pourquoi les New lettres que vous nous envoyez ne sont elles pas sur vos pages Facebook afin de nous donner la possibilité de les partagées pour tout public ….. on ne retrouve pas tous ces sujets sur les pages Facebook !!!!!!!
    De tous ceux qui en ont une page Facebook !!!!!!!! On aimerais , et moi perso , pouvoir partager ces sujets avec nos familles , amies -amis , connaissances …. et +++++++++ MERCI !

  4. Karen dit :

    Bonjour , peut-être sont-ils moins testés aussi , que d’autres maladies bien pires les emportent et qu’ils ne sont pas inscrits « mort avec le covid « …. Les chiffres sont moins faussés qu’ici peut-être …. Combien y a-t-il eu réellement de morts uniquement dues au virus ici ? …

  5. dominique dit :

    Il est très compliqué d’expliquer à un occident tellement convaincu de sa supériorité que les africains ont des ressources, des comportements et des stratégies très différentes des susdits occidentaux qui se présentent porteur de « La Civilisation ».
    Dans la réalité présentée chez vous, c’est toujours les « blancs » qui parlent pour les « noirs » au point que sur l’Afrique la plupart des mythes de sauvageries ou de misères sont plus des mensonges vendeurs que des vérités.
    J’ai eu l’opportunité de croiser quelques sources qui mettent en évidence la richesse et la profondeur des cultures africaines « noires » qui ne sont pas du domaine des « bisounours » mais plutôt du simple constat que l’humanité vient de cette Afrique méprisée qui a été aussi une des principales origines de la sus-dite Civilisation notamment par les richesses culturelles de l’Egypte dont l’origine est a chercher en Afrique noire et non pas sur les rives de la méditérannée. Je vous conseille de vous renseigner objectivement sur les travaux remarquables de Cheik Anta Diop et de ses étudiants dont certains sont devenus eux aussi des savants sur ces sujets. A vous de trier.
    L’ignorance crasse des coloniaux et néo-coloniaux de la France-a-fric est pitoyable et j’ai été très choqué de constater les invraisemblables erreurs ou mépris de populations qui portent les richesses du monde les plus convoitées. La cupidité pour l’accumulation matérielle est le principale moteur de l’occident pour des raisons sans doute climatiques alors qu’en Afrique c’est la richesse du partage qui est normale.
    Juste une toute petite observation personnelle : en dix ans passés en Afrique « noire » je ne me souviens pas d’une seule journée ou je n’ai pas rigolé au moins 1 fois y compris dans les circonstances les plus pénibles, alors que je suis également obligé de constater qu’en France il ne m’est quasiment pas arrivé une seule journée sans « râler » au moins 1 fois. Je vous assure que la différence n’est pas anodine ni le fruit du hasard. Il faut pour le comprendre être capable de la fermer et d’écouter, ce que les « blancs » ne savent pas faire. Ceux qui comprennent et s’y intègrent par de bonnes raisons n’ont aucune envie de retourner dans les pays des « fous ».
    Cordialement

  6. Démagostop dit :

    Cela tient surtout au fait qu’on ne dépiste pas, on ne traite pas non plus, que nul ne sait combien de personnes sont touchées, le fin fond d’un village isolé tout le monde s’en fiche.
    Vous remarquerez que seuls les personnes médiatisées (dont on parle et que l’on connait comme chanteurs et politiques) sont décédées ou morts du virus comme l’opposant congolais Guy-Brice Parfait Kolélas, Manu Dibango, Pape Diouf, Aurlus Mabélé musicien congolais…

    C’est exactement la même chose qu’en Inde ou on nous annonce 20 morts (je suis un peu moqueur) alors qu’ils sont sans doute des millions mais une grande partie ne n’est même pas déclarée à la naissance, alors à leurs morts tout le monde s’en fiche…

    Mais si cela vous fait du bien de penser que c’est grace aux plantes (dont vous tirez profits avec la ventes de vos livres et autres potions sous le nom de votre fille).

    Bien belle journée !

Répondre à Hubert Gallée Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Votre adresse email restera strictement confidentielle et ne sera jamais échangée. Pour consulter notre politique de confidentialité, cliquez ici.